Accueil

Lettre du 9 juillet de Hervé MORIN Président du groupe UDF à l'assemblée nationale, réponse à un courrier COCHISE.

 

Vous avez bien voulu me faire part de votre inquiétude sur la dégradation des conditions d'exercice de la profession de chirurgiens secteur 1 ainsi que sur l'absence de réévaluation de leurs honoraires depuis treize ans et je vous en remercie.
Votre profession est en effet particulièrement sinistrée, par des années d'inaction de l'état. Les études en chirurgie sont parmi les plus longues et les plus difficiles qui soient, et vos honoraires n'ont pas été revalorisés depuis des années : le résultat en est une baisse inquiétante de l'attrait de votre spécialité dans les filières universitaires. Or le rôle spécifique de ces spécialistes est irremplaçable.
C'est pourquoi il est nécessaire d'instaurer un espace de liberté tarifaire et de régionaliser le système de santé, pour que le praticien soit un acteur responsable associé aux évolutions du secteur de la santé. Ainsi pourra-t-on instaurer un numerus clausus, par région, de spécialisation chirurgie. Nous demandons également une revalorisation des honoraires des chirurgiens pour l'ensemble de leurs actes.
En tant que président de groupe UDF à l'assemblée nationale, je vous assure de porter une attention toute particulière dans le suivi de ce dossier pendant les prochains mois auprès du gouvernement.