Accueil Tout sur le CPP

Alors que le niveau des honoraires conventionnels chirurgicaux est bloqué depuis quatorze ans, les chirurgiens de secteur 1 entendent régulièrement depuis des années la CNAM prétendre que leurs revenus ont augmenté plus que ceux de la moyenne des Français. Ils savent donc ce que veulent dire les mots "manipulation des chiffres". Ils prennent avec la plus grande réserve les chiffres sur la signature du C.P. P. proposé par la CNAM... et comptabilisé par la même CNAM.

Poussés à signer le C.P. P. par une large coalition : ministère de la santé, CNAM, syndicats officiels, n'ayant pas eu le temps de la réflexion puisque la proposition était faite à la dernière minute, au moins un tiers des chirurgiens secteur 1 sont néanmoins entrés en résistance.


Est-ce à dire que les autres sont prêts à tout accepter ? Pour beaucoup ce sont des "malgré nous" : Ils ont signé parce qu'ils ont estimé que cela ne les engageait pas ou parce qu'ils n'avaient pas financièrement le choix.


Extrait de lettre envoyée par un signataire du C.P. P, assez représentative d'un état d'esprit :


J'ai hélas reçu trop tard ta lettre concernant l'attitude à avoir vis-à-vis du C.P. P., puisque à la suite des propositions syndicales, j'avais déjà renvoyé un accord de participation, même si l'expression " prend l'oseille et tire-toi " est pour le moins maladroite. J'estime que cette aumône est toujours bonne à prendre, d'autant que je serais au plafond de la subvention (beaucoup de K et gros différentiel de police R.C.P.). Mes collègues secteur 1 à la clinique sont dans le même cas. Il y a cependant aucun empêchement à poursuivre les actions entreprises : demande auprès des caisses du passage en secteur 2, saisine du TASS par l'APOS2, grève dure en septembre, etc.

La page C.P. P. est maintenant tournée. Place donc à Chirurgiens de France.

 

Dans la bergerie, il y a certes des moutons, mais les moutons sont parfois enragés.