Accueil Tout sur J.F. Mattéi. Tout sur l'HOPITAL

 

Des patients écoeurés d'attendre des mois

poursuivent des hôpitaux au Québec

 

11/03 19:09

© AFP. Des centaines de patientes écoeurées d'attendre des mois pour obtenir une radiothérapie au Québec ont obtenu l'autorisation de lancer un recours collectif en justice contre une dizaine d'hôpitaux publics de la province, a indiqué jeudi à l'AFP leur avocat.

Cette poursuite a été intentée à l'origine par une Montréalaise, Anahit Cilinger, qui après, avoir été opérée d'un cancer du sein, s'est résolue à aller en Turquie, son pays natal, pour subir à ses frais une radiothérapie, qu'elle attendait depuis trois mois au Québec.

Avec le feu vert donné par un juge de la Cour du Québec mercredi, toutes les femmes atteintes d'un cancer du sein ayant attendu depuis 1997 plus de huit semaines entre leur intervention et la radiothérapie peuvent se joindre à ce recours collectif.

"Cela concerne environ 10.000 personnes", a estimé leur avocat Michel Savonitto, selon qui quelque 350 femmes participent déjà à ce recours collectif.

Au-delà de cette période de huit semaines, le risque de rechute devient critique. "On met nos vies en danger", a assuré Johanne Lavoie, interrogée par Radio-Canada. Diagnostiquée d'un cancer du sein en juillet 1999, opérée deux mois plus tard, elle a dû attendre le mois de janvier suivant pour avoir accès à un traitement de radiologie.

Encore lui fallait-il faire quatre heures de route et se rendre aux Etats-Unis, dans l'Etat du Vermont, limitrophe de la province canadienne, pour être traitée.

Devant l'allongement des listes d'attente, le gouvernement québécois avait accepté en 1999 de prendre en charge des patients allant se faire traiter aux Etats-Unis.

"C'est loin d'être une question de dommages, je voudrais que les choses changent. On ne voudrait pas que d'autres subissent cette souffrance-là", a souligné Mme Lavoie.

Ce recours collectif pourrait inciter d'autres patients à poursuivre en justice le système de santé public québécois, mis à mal par de larges coupes budgétaires dans les années 90.

De son côté, le ministre de la Santé du Québec Philippe Couillard a estimé que cette poursuite "témoigne d'une inquiétude au niveau de la population".

"Cela témoigne qu'il y a là un problème sérieux et auquel il faut s'attacher en priorité. C'est ce que nous faisons", a commenté le ministre.

Les scènes d'hôpitaux engorgés, de patients entassés dans les corridors et d'infirmières épuisées, constituent la toile de fond du film de Denys Arcand "Les invasions barbares", couronné de l'oscar du meilleur film en langue étrangère et de trois césars, dont celui du meilleur film français, 2004.


© AFP.