Les  "BRÈVES" de la  

CONTACTS

Enfin l'Union possible au bout du chemin
 
La FMF n'a jamais été coupée des aspirations de tous les médecins. Elle constate aujourd'hui, non sans un certain scepticisme, le ralliement d'autres syndicats à ses thèses.

Elle ne peut que s'en réjouir.

Dans cette période de mutation, elle souhaite, au-delà des déclarations des uns et des autres, faire connaître à tous les médecins les objectifs syndicaux communs sur lesquels demain on ne transigera pas.

La défense sans compromission des intérêts et des valeurs déontologiques de la profession coûte cher. La FMF peut en témoigner, elle qui n'a d'autres ressources que celles de ses adhérents, ce qui lui a permis ainsi de garder une totale indépendance.
 

La FMF constate que ses revendications, à l'origine de son isolement, sont aujourd'hui reprises partiellement par d'autres.

Ainsi le SML revendique une revalorisation du tarif d'autorité, qui n'est qu'une juste reconnaissance du libre choix du patient, là où la FMF revendique un alignement sur le tarif opposable.

A cotisation égale : remboursement égal.

La CSMF réclame aujourd'hui la réouverture du secteur II pour tous, qui n'est qu'une juste reconnaissance du libre choix conventionnel, et la possibilité d'un alignement des actes à leur juste valeur.

La FMF, il faut le rappeler, a créé en 1980 le secteur II.

Elle propose aujourd'hui la création d'un secteur d'activité unique, assorti d'honoraires librement modulables, afin de sortir par le haut de la crise de confiance sans précédent de la profession, à l'égard du système conventionnel.

Nous sommes aujourd'hui rejoints sur ce point par la CSMF, mais parlons-nous précisément de la même chose ?
 


Pour la FMF, l'heure est venue de proposer à tous les médecins un front syndical uni, sur des objectifs intangibles, afin de redonner confiance à ceux qui se trouvent dans un profond désarroi.

La FMF invite tous les syndicats qui le souhaitent à se rencontrer pour élaborer une plate-forme commune avec pour axe central de réflexion : Ne pas lier les honoraires de médecins aux possibilités financières des caisses.

La pérennité d'un exercice libéral de qualité au service de tous ne pourra se faire que si nous sommes capables de nous fédérer sur ces bases.
 


 

Lettre aux Syndicats Médicaux
 
Monsieur le Président,

Depuis plusieurs mois, nous avons le sentiment d'être entraînés dans une vaste manoeuvre anesthésiante destinée à retarder les decisions, notamment pour le secteur 1.

On ne pourra pas dire que la profession et les autres partenaires n'auront pas été consultés, allant même jusqu'à leur faire découvrir d'autres systèmes de soins que le nôtre…

Les expériences étrangères sont-elles pour autant superposables à notre pays ? On peut en douter.

Malgré les divers dispositifs mis en place, on constate une progression des dépenses comparable dans les divers pays par rapport au PIB..

Ceci est de nature à nous interpeller.

Il est évident que l'hôpital restera un sanctuaire qui pour de multiples causes ne sera pas ou peu touché, tant pour des raisons politiques que par l'opacité et le manque d'outils de comparaison.

Il est non moins évident que nous aurons à assumer des transferts de charge de l'hôpital vers la médecine libérale. Il faudra bien qu'il en soit tenu compte.

Il est donc probable que la réforme se résumera à une augmentation des recettes sans régler sur un pied d'égalité le problème de l'hôpital et sa nécessaire coordination avec la médecine libérale.

Au-delà de la diversité des messages des médecins spécialistes libéraux, celui des médecins généralistes paraît plus audible sans pour autant être nécessairement entendu.

Pour la Fédération des Médecins de France, le message de tous les libéraux doit être unitaire.

Nous venons de noter des inflexions dans les discours des syndicats avec un ralliement ou tout au moins un rapprochement, avec les thèses défendues de tout temps par la Fédération des Médecins de France.

Nous pensons que nous sommes aujourd'hui à un tournant et les syndicats des médecins libéraux doivent clairement se positionner pour permettre la pérennisation de notre exercice libéral, en refusant de se laisser entraîner dans une paupérisation larvée.

Je me permets de vous adresser le communiqué de la FMF, dans lequel nous appelons à une rencontre pour tenter d'élaborer une plate-forme commune avec pour thème central de discussion :

Ne pas lier les honoraires des médecins aux possibilités financières des caisses.

L'ensemble des médecins aspire à une unité syndicale ainsi qu'à une pérennisation d'un exercice libéral qui a fait la preuve de son efficience et de sa compétitivité quoiqu'on en dise.

Devant une situation qui chaque jour se dégrade, nous espérons que vous rejoindrez notre conviction, que la sauvegarde de la médecine libérale ne pourra se faire que dans l'union.

Dans l'attente soyez assuré,Monsieur le Président, de mes sentiments les plus confraternels.

Jean Claude REGI
 


Contacts

Site web:   www.FMFPRO.com  - Liste de diffusion - Forum de discussion

Inscription en ligne à cette lettre

Comité de lecture:
- Jean-Claude Régi
- Jean-Marc Rehby
- Nikan Mohtadi
- Yves Rigal

Conception du courrier:
- Pascaline Spaeth
- Benoit Feger

Responsable technique :
Rémy Louvet