Accueil

A Cognac, la chirurgie est privée !
Sandra Boutin


Associer, voire fusionner des structures hospitalières est une pratique dans l´air du temps. En Charente, on a choisi de transférer l´activité chirurgicale de l´hôpital de Cognac à la clinique Arc-en-Ciel. Ce pan de la médecine passe ainsi du service public au privé et ce, avec les conséquences financières que cela implique pour les patients qui ont du coup affaire à des médecins en secteur 2.

Suite à des plaintes d´assurés sociaux, le président de la CPAM de Charente s´est adressé à Jean-Louis Bonnet, président de l´ARH : « depuis le 1er janvier, la population du bassin de vie du Cognaçais n´a plus accès à des actes de chirurgie programmés aux tarifs remboursables ». Et Jean-Pierre Gacon, le président de la CPAM, de confier à nos confrères de la Charente libre : « c´est le début de la médecine à deux vitesses. On foule aux pieds les principes fondateurs du contrat social et de l´assurance maladie ». L´égalité d´accès aux soins est compromise et, selon Jean-Pierre Gacon, la responsabilité en incombe à l´Etat. C´est à lui de résoudre ce problème, d´autant que, lance le président de la CPAM, « le mariage de l´hôpital et de la clinique, c´est celui de la carpe et du lapin. Leurs logiques sont opposées. Viabilité financière d´un côté, qualité des soins de l´autre ». Gageons que certains sauront résoudre une telle équation...

De son côté, l´ARH du Poitou-Charentes considère qu´il n´y avait pas d´autre solution pour le bassin de population de Cognac : « le choix n´était pas entre deux établissements mais entre un plateau technique ou pas de plateau technique du tout »…