Accueil

Un médecin syndicaliste menacé de mort par... un médecin
LE MONDE | 15.04.04


Drôle d'ambiance chez les médecins libéraux. Après avoir avalisé, à la fin de l'été 2003, le règlement conventionnel minimal (RCM), qui prévoit notamment une revalorisation tarifaire de la consultation de certains spécialistes, Michel Chassang, président de la Confédération des syndicats médicaux français (CSMF), et sa famille ont dû vivre sous protection policière à la suite de menaces formulées par un médecin. L'affaire, que le responsable syndical ne souhaitait pas voir divulguer, a été évoquée par Le Parisien dans son édition du 29 mars.

Au début de l'automne 2003, le responsable syndical a reçu, à plusieurs reprises, des menaces de mort de la part de médecins qui contestent le RCM et revendiquent la liberté tarifaire. M. Chassang a fini par porter plainte contre X... L'enquête préliminaire, ouverte en octobre 2003 et confiée à l'Office central de lutte contre la criminalité liée aux technologies de l'information et de la communication - qui dépend de la direction centrale de la police judiciaire -, a récemment abouti à la mise en cause d'un médecin, qui devra comparaître devant le tribunal correctionnel.

"PAS DANS UNE COUR DE RÉCRÉATION"

Christophe C., médecin dans la Sarthe, âgé de 46 ans, est l'auteur de deux courriers électroniques vengeurs, adressés en septembre 2003. Dans le premier, il écrit que "Chassang est un menteur, un traître, un collabo. Honte à lui. Si je le croise, je lui mettrai mon poing dans la gueule." Dans un deuxième courriel, il couvre Michel Chassang d'injures, le qualifiant entre autres de "vichyste" et de "nabot". Le médecin explique qu'il a lu l'entretien accordé par M. Chassang au Quotidien du médecin. "C'est du Pétain tout craché, dit-il. Il s'est condamné à mort au moins au sens figuré. Les gens d'honneur ne le gracieront pas." Interrogé par Le Monde, mercredi 14 avril, Christophe C. a qualifié sa démarche de "réaction de colère, pas sérieuse", directement liée à l'accord sur le RCM.

Michel Chassang a refusé une négociation à l'amiable. "Je n'ai pas retiré ma plainte. Nous ne sommes pas dans une cour de récréation, ces comportements sont inadmissibles, on vit dans un monde de fous", estime le syndicaliste, toujours sous protection policière.

En revanche, le conflit des spécialistes libéraux de secteur 1 (qui pratiquent les tarifs de la Sécurité sociale) contre l'assurance-maladie et le gouvernement ne faiblit pas. Dénonçant l'insuffisance des dernières revalorisations de la consultation (le passage de 23 à 25 euros pour 18 spécialités), des milliers de spécialistes pratiquent illégalement, depuis plusieurs mois, des dépassements d'honoraires (Le Monde du 23 mars). La dernière assemblée générale de la CSMF, le 21 mars, a été houleuse tant l'exaspération d'une partie des médecins libéraux est à son comble. "Je n'ai jamais vu cela", a confié M. Chassang après la réunion.

Sandrine Blanchard et Piotr Smolar

Déficit de la sécurité sociale.

On vit vraiment une triste époque !!

 

Maintenant, récréation : chansons de Brassens

Chanson de l'auvergat : Je me suis fait tout petit ou la bète du Gevaudan apprivoisée.

Je n'avait jamais ôté mon chapeau
Devant personne
Maintenant je rampe et je fait le beau
Quand il me sonne
J'étais chien méchant il me fait manger
Dans sa menotte
J'avais des dents d' loup, je les ai changées
Pour des quenottes!

Chanson pour l'Auvergnat (1) : Chanson pour l'Auvergnat


Elle est à toi cette chanson
Toi l'Auvergnat qui sans façon
as signé quatre bouts de loi
Quand en S1 il faisait froid

 

Chanson pour l'Auvergnat (2) : Le petit cheval

C'est alors qu'il était content
Tous derrière, tous derrière
C'est alors qu'il était content
Tous derrière et lui devant!

Chanson pour l'auvergnat (3) : Sauf le respect que je vous dois


Si vous y tenez tant parlez-moi des affaires publiques
Encor que ce sujet me rende un peu mélancolique
Parlez-m'en toujours je n' vous en tiendrai pas rigueur
Parlez-moi de RCM et j' vous fous mon poing sur la gueule
Sauf le respect que je vous dois.

Naguère mes idée reposaient sur la non-violence
Mon agressivité je l'avait réduite au silence
Mais tout tourne court le syndicat était une gueuse
Parlez-moi de RCM et j' vous fous mon poing sur la gueule
Sauf le respect que je vous dois.