Accueil

Rapprochement entre un établissement Public et un Privé ?

DE VENDOME, SERVICE D'ORTHOPEDIE

Toute discutions sur la faisabilité d’un rapprochement entre un établissement Public et un Privé est maintenant complètement utopique en l’état actuel des choses. Nous avons chacun, soit vécu, soit au moins un exemple du fiasco total que cela engendre. Car toujours dans ce cas, c'est la structure privée qui doit faire les efforts (en moyens, en temps), les investissements (en moyens, en temps) etc. ... sans au global de certitudes sur rien et surtout sur l'avenir.

Nos administrateurs hospitaliers et nos tutelles sont à des « années lumières » du terrain et de la réalité des choses, car ils ne pensent qu’en terme comptable. Le malade est accessoire, pire, nuisible.

Pour preuve, lors de mon activité Hospitalière de chef de clinique en CHU, j’ai opéré « Le Directeur Administratif » qui m’a confessé que « tout rêve d'un administrateur d'hôpitaux serait un hôpital sans malade, car cela coûterait bien moins cher. » Sans commentaire !!!

Bon nombre de nos collègues Praticiens Hospitaliers ont pourtant tenté de briser ce mur, de travailler tout simplement, mais en vain. Au total, ne bosser pas, cela coûte trop cher !!!

Dans cet état d’esprit, il est plus que logique que de tels rapprochements échouent, car le fossé entre une structure Public et une structure Privée est maintenant un abysse.

Alors que les choses soient très claires :

- Il ne faut définitivement rien attendre du service Public tel qu'il est géré actuellement, c'est à dire de façon purement comptable : le malade est un grain de sable qui grippe le système.

- Il y a dans le système Public des Chirurgiens motivés mais qui sont complètements bridés.

- Le Privé ne peut pas se permettre de s’engager financièrement sur des promesses.