Accueil

. Sandra BOUTIN

 


A une question posée ce mercredi à l´Assemblée nationale par le député UMP Alain Marty, Philippe Douste-Blazy a répondu que le nombre d´étudiants en deuxième année de médecine allait passer de 5.700 à 7.000… mais il n´a pas précisé quand. Et Louis-Jean Calloc´h, secrétaire général du conseil de l´Ordre des médecins de se demander si passer de 5.700 à 7.000 places d´un seul coup ne va pas constituer une marche « un peu haute »…

Pour autant, note Philippe Douste-Blazy, « nous avons aujourd´hui 206.000 médecins en activité. Il n´y en aura dans dix ans que, au maximum, 175.000 (…). Il y a également le problème de la pénurie de médecins dans certaines spécialités et pas des moindres : soit des spécialités qui sont très dures, comme la gynécologie-obstétrique, la pédiatrie ou encore la réanimation, soit des spécialités à risque de judiciarisation comme la chirurgie ». De même, le ministre de la Santé estime que de nouveaux métiers doivent être pris en compte, à l´instar de la médecine fœtale par exemple.

Enfin, il s´est prononcé pour un développement d´une part de la formation médicale continue qui permette aux médecins de passer d´une spécialité à l´autre et de l´autre de diplômes universitaires permettant « de valoriser de nouvelles compétences ».