Accueil

FLASH INFO UMESPE 1 mai Jean-François REY

Le pessimisme des médecins spécialistes libéraux


Plusieurs sondages expriment actuellement le pessimisme des médecins spécialistes libéraux. Ce
pessimisme est justifié par l’absence d’écoute attentive des problèmes liés notre exercice quotidien.
La situation des médecins spécialistes du secteur 1 est intolérable, la disparition de plateaux techniques
dans le cadre de l’hospitalisation privée est une réalité, les multiples textes mis en place au cours de ces
dernières années constituent un carcan à vision technocratique, un hospitalo-centrisme et une
planification de type soviétique.
Il est temps que le politique redonne un sens à la médecine spécialisée libérale, il est temps qu’il reprenne
le pouvoir face aux Directeurs des Caisses d’assurance maladie, des Agences, de la DHOS, de la DGS.
Depuis plus de dix ans, le pouvoir n’est plus aux mains des politiques, mais dans celui des technocrates,
ce qui explique le malaise de l’ensemble des soignants qu’ils exercent dans le secteur ambulatoire ou à
l’hôpital. C’est l’objet du débat que nous aurons ensemble dans le cadre des 2èmes Assises de la
médecine spécialisée où nous montrerons que le seul moyen de sortir par le haut de ce marasme est la
promotion de la démarche qualité, mais également la régionalisation.
Dans le cadre de la délégation CSMF, reçue par Philippe Douste-Blazy, Ministre de la Santé et Xavier
Bertrand, Secrétaire d’État chargé de la Sécurité Sociale, nous avons très clairement exprimé notre
attente de voir le Gouvernement actuel se préoccuper des médecins spécialistes libéraux, avec la même
sollicitude et les mêmes crédits qu’il l’a fait, non seulement pour l’hôpital public, mais également pour
d’autres professions au cours de ces dernières semaines.
La volonté de réforme est maintenue, des décisions difficiles sont à prendre ; nous sommes prêts à être
des partenaires loyaux et à assumer nos responsabilités dans le cadre d’une coordination des soins et
d’une mise en oeuvre encore plus importante de la démarche qualité, encore faut-il qu’ils répondent à nos
attentes, tant en ce qui concerne la reconnaissance légitime du service que nous apportons à la
population, que des moyens financiers qui doivent être mis immédiatement en oeuvre dans le cadre de la
mise en place de la CCAM des actes techniques, dans le cadre de la permanence des soins des
médecins spécialistes, mais aussi en préparant la mise en place la réforme des consultations au 1er
janvier 2005.
A contrario, mobilisons-nous, utilisons le DE dans le cadre du règlement conventionnel minimal, ne nous
lançons pas dans un codage de la CCAM prématuré et allons expliquer localement à tous nos
parlementaires, nos difficultés et nos attentes.
Jean-François REY
Président

Etude de texte du communiqué du président de l'UMESPE : Dans ce communiqué, (comme d'ailleurs dans le compte-rendu de la rencontre avec M DOUSTE-BLAZY de la semaine dernière), on ne parle ni de"réouverture du secteur 2" ni de "secteur unique". Pourtant après leurs congrès, ils nous avaient annoncé la main sur le coeur n'avoir cessé de le reclamer depuis... 1998.

Cette demande de réouverture du S2 n'était-elle qu'un feu de paille ? Ou de la poudre aux yeux des S1 révoltés de la CSMF ? Ou des promesses qui n'engagent que ceux qui les ont entendues ?

En tout cas on retrouve là la vigueur de la revendication de la CSMF en la matière. Aucun doute, depuis 1998, il n'y donc pas eu de changement.

La CSMF sera un partenaire loyal ? Certainement, mais pas avec tout le monde.