Accueil

SYNDICAT NATIONAL DES OPHTALMOLOGISTES DE FRANCE

Strasbourg, le 4 mai 2004

Lettre du Président

A M. Philippe DOUSTE-BLAZY

Ministre de la Santé et de la Protection sociale

8, avenue de Ségur

75007 PARIS

Monsieur le Ministre et cher Confrère,

Les ophtalmologistes de France me chargent de vous présenter leurs vives félicitations à l’occasion de votre nomination à un poste qui vous permet, dans une période cruciale, de prendre les décisions capables d’améliorer la qualité des soins dont disposent les Français tout en modérant l’évolution des dépenses que nécessite la prise en charge de leur santé, en matière de traitements mais aussi de prévention.

Notre spécialité a accompli ces dernières années, et plus encore ces derniers mois, un effort considérable pour pallier les effets désastreux de la croissante pénurie d’ophtalmologistes telle qu’elle existe dans une majorité de régions de notre pays. Le travail de réflexion et d’expérimentation que nous avons mené, notamment avec les organisations professionnelles représentatives des orthoptistes et des opticiens, a fourni ses premières conclusions dans les deux Rapports rendus par le Doyen Berland. Les pistes concrètes que trace notre spécialité ouvrent à une large délégation d’actes techniques sous contrôle médical par les ophtalmologistes Elles y sont à ce point exemplaires que de nombreuses autres spécialités veulent s’en inspirer et nous demandent notre conseil.

Nous voulons multiplier les expérimentations dans ce domaine – notamment celles des réseaux de santé pilotes – et en étendre les applications, en étroite liaison avec le Doyen Berland dans ses responsabilités pour la démographie des professions de santé. Sur ce dernier sujet, nous serons, avec les associations de malades qui nous soutiennent, très attentifs à faire entendre la voix des 350 000 signataires de la pétition Je veux voir mon ophtalmo ! et, tout en approuvant chaleureusement le desserrement du numerus clausus à l’entrée des études médicales que vous venez de confirmer, veillerons à suivre l’attribution consécutive de postes d’internes supplémentaires à notre spécialité.

Notre démarche imaginative et volontariste pour éviter aux ophtalmologistes surchargés – et à l’assurance maladie – des actes médicaux superflus, sans obérer la qualité ni la sécurité, mais au contraire dans une perspective plus rigoureuse de santé publique, nous investit ces temps-ci dans deux chantiers très proches d’aboutir. Le premier concerne la réforme du diplôme d’orthoptiste, dans le cadre européen « LMD », en constante liaison avec le Collège des Ophtalmologistes universitaires de France et en particulier le Président Jean-Paul Romanet. Le second est ouvert avec les organisations représentatives des opticiens, et doit mettre en place un nouveau mode d’articulation entre nos deux professions en sorte de permettre aux usagers l’obtention de la prescription médicale nécessaire au renouvellement de leurs lunettes dans des délais raisonnables, mais sans sacrifier les impératifs de prévention, de dépistage et d’information sanitaire qui justifient une surveillance systématique de la population. Nous sommes évidemment prêts à vous présenter les résultats de nos travaux.

Les ophtalmologistes français ont été les premiers, parmi les ophtalmologistes européens et parmi les médecins spécialistes français, à rédiger et à publier un catalogue des « 74 Fiches d’information du patient par son ophtalmologiste » qui permette le recueil documenté du consentement éclairé d’un malade préalablement à la réalisation de l’un des 74 de nos actes les plus courants ou les plus risqués. Ce catalogue continue d’être repris ou imité par diverses spécialités et dans divers pays. Par ailleurs nous avons lancé, en collaboration avec le Groupe MACSF/Sou médical qui assure 85 % des ophtalmologistes français pour leur responsabilité civile professionnelle, une très active opération de gestion du risque en ophtalmologie. Déjà concrétisée par la création de l’Observatoire national des endophtalmies, cette gestion du risque recueille ses premiers résultats sans avoir recouru à des fonds publics.

Permettez-moi enfin de vous transmettre ci-joint les 8 propositions des ophtalmologistes de France que nous avons présentées à la presse quelques jours avant votre nomination et qui constituent notre contribution à la concertation que vous poursuivez sur la réforme de l’assurance maladie. Nous sommes prêts à en développer les thèmes qui vous paraîtraient le mériter avec l’interlocuteur que vous nous désignerez.

La 8e proposition réclame le rétablissement, pour tous les praticiens qui le souhaitent, de l’accès des ophtalmologistes confinés dans le Ier Secteur conventionnel – 50 % de notre population d’exercice libéral – au Secteur à honoraires libres. Une mesure forte prise à cet égard aura un impact considérable sur le processus que vous pilotez actuellement. En effet elle mettra fin à une injustifiable iniquité, permettra aux médecins spécialistes concernés d’attendre une réforme de leur Nomenclature qui méritera d’ailleurs en son temps votre regard vigilant, éteindra de facto le principal prétexte du stupide harcèlement entretenu par certaines Caisses d’assurance maladie, et recréera les conditions indispensables au rétablissement d’un consensus minimal des acteurs de soins à la réforme de l’assurance maladie. L’expérience a surabondamment démontré, vous le savez bien et vous l’avez dit, que cette réforme ne peut pas réussir face à l’hostilité des professionnels de santé.

C’est au contraire la bonne volonté, constructive et argumentée, des ophtalmologistes de France que nous venons vous proposer pour apporter notre contribution, spécifique mais substantielle, à la mission qui vous a été confiée.

Dans cette perspective chargée d’espoirs je me tiens personnellement à la disposition de votre Cabinet (03 88 35 01 09) et je vous prie, Monsieur le Ministre et cher Confrère, d’agréer l’expression de ma haute considération et de mes sentiments bien confraternellement dévoués,

Jean-Luc SEEGMULLER