Accueil

La chirurgie et la médecine libérale dans "Sud-Ouest" 13 mai 2004

 

Joyeux mélange, comme souvent, entre revenus des praticiens des deux secteurs, confondus dans un même tableau,ce qui rend incompréhensible le texte qui l'accompagne. Ca a autant de sens que de faire une moyenne entre les revenus d'un intermitent du spectacle et ceux de Gérard DEPARDIEU pour conclure que dans le milieu du spectacle, finalement, tout ne va pas si mal.

La question posée est :"A l'heure de la remise à plat, les praticiens libéraux sont-ils prêts à consentir des efforts ?"

En ce qui concerne les spécialistes de secteur 1, qui n'ont pas vu revaloriser leurs lettres clé depuis 9 à 14 ans, la réponse est claire : C'est NON.

Les plus conventionistes des médecins, ceux qui ont choisi les tarifs conventionnels, ont attendu longtemps, très longtemps. Ils ont été patients, très patients. Solidaires, très solidaires.

Et ils ont été grugés souvent, très souvent.

Alors quand on leur dit maintenant : "puisque vous avez tout supporté depuis si longtemps, vous allez continuer ", ils se lèvent et ils disent :" CA SUFFIT !!"

Ca suffit :

CA SUFFIT !!

Les spécialistes médicaux et chirurgicaux de secteur 1 savent le caractère indispensable de leur activité pour la santé de leur concitoyens et n'ont aucune raison de vouloir le prouver à leurs patients : ceux-ci en sont convaincus.

Mais si nos responsables veulent engager une épreuve de force avec les spécialistes de secteur 1, alors qu'ils soient prêts à en assumer les conséquences.

Les spécialistes eux sont prêts. Et ils ne reculeront pas.