Accueil

CSMF

REUNION DE NEGOCIATIONS

19 Mai 2004

5 heures de négociations « non stop » hier soir (mercredi 19 Mai 2004) entre la CSMF et les Ministres entourés de leurs cabinets.

La plupart des sujets d’actualité ont été abordés :

Nous avons défendu les positions confédérales affirmées par la dernière AG de Mars.

Rien n’est encore joué. Continuons la pression !

CSMF

 

Où est la demande de réouverture du secteur 2 affirmée depuis quelques semaines par la CSMF ? N'était-ce pas plutôt la crainte de la fermeture du secteur 2 ?

Maintenant que la menace de la fermeture du S2 s'éloigne, la CSMF revient à sa ligne habituelle : le secteur 2 est bon pour ceux qui l'ont déjà.

La CSMF prétend être le syndicat de tous les médecins. Une chose est sûre : elle est surtout celui des médecins de secteur 2.

La CSMF a une obligation de moyens : réclamer, comme l'a démandé sa propre base à son congrès il y a quelques semaines, la liberté de circulation d'un secteur vers l'autre ou un secteur unique. Que ce résultat soit atteint est une autre chose, et on ne pourrait lui faire reproche de ne pas l'obtenir : il n'y a pas pour un syndicat d'obligation de résultats. Si une population est à même de comprendre cette distinction, c'est bien celle des médecins qui y sont confrontés tous les jours.

Un jour on verra peut-être la CSMF devenir un sydicat combatif : celui où sera menacée l'existence du secteur 2.

En attendant on voit la CSMF accepter sans broncher la séparation de la profession en deux secteurs comme si cela était une fatalité. Plus grave, les demandes de ré-ouveture, velléitaires et sans lendemains, semblent surtout destinées à obtenir quelques menus avantages pour calmer les secteurs 1, le but principal étant de conserver le secteur 2 en l'état : L'existence d'un secteur 1 aux honoraires contraints permet de rendre le S2 acceptable aux yeux de l'opinion. Les secteur 1 n'ont qu'à attendre la nouvelle nomenclature. Et si elle se faisait à enveloppe constante, avec baisse d'honoraires pour certains, cela ne toucherait vraiment que ceux qui sont contraints d'appliquer les tarifs conventionnels.

Le message au gouvernement est clair : "Ne touchez pas au secteur 2, et nous ne demanderons pas la libre circulation d'un secteur à l'autre." Les S1 ne sont donc pas seulement abandonnés par la CSMF : Ils sont vendus.

La CNAM, elle, peut continuer tranquillement son combat pour contraindre un peu plus encore les S1, les seuls qui ont respecté longtemps l'esprit et la lettre de la convention (alors qu'elle-même les a trahis depuis longtemps), tout en laissant une paix royale au secteur2.

Il y a là une convergence d'intérêts entre les caisses, le gouvernement et la CSMF pour sacrifier les spécialistes du secteur 1 sur l'autel de la préservation des privilèges de ceux du secteur 2.

La CSMF syndicat de tous les médecins ? Surtout syndicat dont la tête est prète à toutes les compromissions. Mais dont les bases départementales s'étaient exprimées différement il y a quelques semaines.