Accueil

Thierry POURCHEZ,

Chirurgien vasculaire secteur 1

BETHUNE

Lettre à Michel CHASSANG

Président de la CSMF:

Monsieur le Président,

Dans la dernière circulaire de la CSMF du 9 juillet 2004, vous avez écrit :"L'article 5 constitue une avancée certaine puisqu'il ouvre un nouvel espace de dépassement tarifaire pour les spécialistes dont l'ampleur est conséquente. Pour retrouver la même, il faut remonter à 1979, date d'entrée en vigueur du secteur 2 ! Il faudra cependant rester là aussi très vigilant car les modalités d'application sont renvoyées dans le futur cadre conventionnel."

Je pense que la seule véritable liberté tarifaire offerte aux spécialistes serait une ouverture large du secteur 2, comme vous le reconnaissez explicitement !


La mesure dont vous vous félicitez, est, comme la CCAM, un miroir aux alouettes pour faire avaler le poisson de la non-revalorisation du tarif de base qui restera à 23 ou 25 euros, dixit notre ministre. La grande majorité des patients, de peur de payer un supplément, ira d'abord voir son "médecin traitant" qui fera un petit mot de présentation qui jouera un rôle de "Sésame". Donc pas de réelle économie pour la sécurité sociale et des spécialistes dupés. Quand on voit la nature des "rapports conventionnels" actuels, la "vigilance" de la CSMF consistera à compter les quelques pour cent en valeur des DE nouveaux genres autorisés. Si la convention autorise des DE de 8 %, ce ne sera pas plus que les actuelles majorations pour cons ... des spécialités cliniques.


Donc continuons le combat pour l'ouverture du secteur 2, puisqu'il n'y a pas d'autre moyen crédible pour espérer survivre dignement. Il suffit de regarder autour de soi.


Je me demande encore pourquoi c'est la hiérarchie d'un syndicat qui doit décider des revendications des adhérents ?

 

Thierry POURCHEZ.